Choisir son emprunt immobilier – les étapes clés

Acheter un bien immobilier n’est quelque chose qui se fait sans un minimum de préparation. Quelles sont les étapes clés pour réussir son investissement ? Yves Hamelin du cabinet syndic avenir nous donne quelques bons tuyaux afin de mieux choisir son emprunt.

1. Bien prévoir sa capacité d’endettement

« Connaître son seuil d’endettement, c’est déjà faire le premier pas vers un investissement réussi »

Croyez-le ou pas, mais de trop nombreux clients surévaluent leur solvabilité auprès des établissements de crédits (les banques). C’est inutile de se leurrer, si la banque accepte un crédit trop élevé par rapport à votre capacité réelle de remboursement, c’est qu’elle prévoit de vous proposer des intérêts bancaires à la hauteur du risque (de non solvabilité) encouru.

Pour obtenir des taux d’intérêts profitables (et donc faible) il faut être capable de rembourser son crédit rapidement et sainement. Cela signifie « connaître les limites de son emprunt ».

Pour connaître les limites de votre prêt, il faudra étudier votre situation financière en détail, c’est-à-dire déterminer les gains et les pertes.

Prenez une feuille blanche (ou votre tableur préféré) et inscrivez-y les rentrées d’argent (salaire, aide au logement…) ainsi que les sorties (loyers, frais divers, assurances…). N’oubliez rien afin de déterminer votre situation financière réelle.

Vous vous rendrez vite compte de votre solvabilité, si le bilan ne vous est pas très favorable – deux options s’offrent à vous :

– Diminuer l’investissement prévu (et donc minimiser les risques)
– Allonger la durée du crédit (attention à la hausse des intérêts)

2. Allez voir ailleurs !

Vous sortez de chez votre banquier et votre rendez-vous ne s’est pas passé comme prévu. Pas de panique, rien ne vous empêche d’aller chez la concurrence pour y négocier une contre-proposition plus alléchante.

Vous pouvez ainsi faire jouer la concurrence entre chaque établissement. Sachez qu’une banque ne vous vous autorisera pas un prêt à perte. Il existe donc toujours une petite marge de négociation envisageable. Après quelques entretiens, vous serez en mesure de faire une moyenne des emprunts que l’on vous a proposé.

3. Sortez couvert !

Si votre banquier n’est pas convaincu par votre projet d’investissement, vous devez gagner sa confiance. Pour cela, vous pouvez souscrire une assurance d’emprunt qui vous aidera en cas de coup dur. Cela aura pour effet de rassurer votre banquier et vous protégera, vous et vos proches si un imprévu se met sur votre chemin. Ce type d’assurance vous mettra à l’abri et peut couvrir plusieurs types de garantie, comme le décès, l’incapacité de travail (burn-out ou licenciement.) ou l’invalidité physique (à voir avec votre médecin)

N’oubliez pas de bien préparer votre dossier avant tout entretien, on a pas deux chances de faire une bonne première impression.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *